Expo Villes et campagnes

ABBAYE DE FLARAN : EXPOSITION - VILLES ET CAMPAGNES DANS LA COLLECTION SIMONOW

Fêtes et Manifestations ,  Peinture ,  Culturelle ,  Insolite ,  Sports et loisirs à Valence-sur-Baïse
À partir de :  5 Tarif plein
  • Nouvelle exposition dans la Collection Simonow : Villes et campagnes ... (Beaux-Arts, XVI-XX°s.)À découvrir du 1er Février 2024 au 11 Janvier 2026, à l'Abbaye de Flaran, dortoir des Moines.Pivot de la politique culturelle du Département du Gers et, depuis deux décennies, site public et payant le plus visité du Gers, l'Abbaye de Flaran fonde son travail d'irrigation culturelle du territoire à travers une programmation riche et diversifiée de manifestations, qui vont de l'Archéologie à l'Art...
    Nouvelle exposition dans la Collection Simonow : Villes et campagnes ... (Beaux-Arts, XVI-XX°s.)À découvrir du 1er Février 2024 au 11 Janvier 2026, à l'Abbaye de Flaran, dortoir des Moines.Pivot de la politique culturelle du Département du Gers et, depuis deux décennies, site public et payant le plus visité du Gers, l'Abbaye de Flaran fonde son travail d'irrigation culturelle du territoire à travers une programmation riche et diversifiée de manifestations, qui vont de l'Archéologie à l'Art contemporain.Jusqu’à la mi-janvier 2026, la nouvelle exposition biannuelle installée dans les murs du centre patrimonial, grâce à la richesse du fonds déposé par son propriétaire auprès du Département du Gers, se propose d’évoquer la dualité de la thématique des VILLES et CAMPAGNES qui plonge ses racines bien avant le Moyen âge et s’affirme au XIXe siècle.Si l’on convient, en effet, que le paysage constitue assez tôt un thème en tant que tel de la peinture européenne, la plupart des auteurs s’accordent sur l’apparition tardive, au XIXe seulement, de la ville.C’est, curieusement, oublier qu’une représentation d’établissement urbain a franchi les millénaires jusqu’à nous depuis le Néolithique turc et qu’un extraordinaire témoignage de l’Age du Bronze nous vient du site d’Akrotiri à santorin; enfin, par la suite, la Rome antique, civilisation urbaine par excellence, nous a fournis moult illustrations au travers des fresques et mosaïques, stigmatisant le luxe « à la romaine ». L’époque médiévale perpétue en partie les traditions antiques mais la vision est soumise alors à la prégnance du fait religieux, dominé par la figure de la « Jérusalem céleste » ; c’est bien la Renaissance, avec les recherches esthétiques et perspectives, qui redonne son rang à la ville, de l’Italie à la Flandre puis la Hollande ensuite ; sa représentation va ainsi souligner l’essor économique et l’évolution des commanditaires, avec l’apparition d’une classe de marchands et de bourgeois, avant que ceux-ci ne constituent un réel contre-pouvoir à l’Eglise et aux royautés en place.Aux XVIIe et XVIIIe l’influence des voyages de la Noblesse et de la grande bourgeoisie (Grand Tour, Venise (XVIIe) se fait jour vers la représentation plus précise de la ville comme des campagnes et de leurs habitants, ouverture sur un ailleurs nouveau et fascinant qui culminera avec l’Orientalisme au XIXe.Le paradigme se transforme définitivement au XIXe sous l’influence de l’Ecole de Barbizon pour un retour aux valeurs de la campagne, notions prolongées par le mouvement Réaliste puis Naturaliste, évacuant alors tout sentimentalisme au profit d’une forme d’expression de vérité. Mais, au constat de la dureté sociale de la Révolution industrielle, de sa pollution, des crises économiques successives et de la précarité consécutive à l’exode rural, l’Art (et ses commanditaires) se penchent souvent avec condescendance sur un sous-prolétariat mâtiné de folklore et de misérabilisme, symbolisé par la figure paradoxale du paysan.Ces paradoxes sont aussi ceux de l’Impressionnisme où l’artiste, qui travaille sur le motif hors les villes, prend acte, de façon concomitante et plutôt optimiste, de l’évolution urbaine, de son explosion (développement hausmanien et apparition du chemin de fer) sans pour autant que les deux mondes ne coexistent dans cette modernité affichée et revendiquée jusque dans la photographie. Par effet de retour, la campagne est désormais devenue un espace de villégiatures et de repos, maritime ou montagnard, tandis que la vision de la ville poursuit son mouvement tourbillonnant et cacophonique pointé par les dadaïstes, les Futuristes et les Cubistes avant Mondrian…Comme les précédentes, cette manifestation offre à notre délectation plus d’une cinquantaine d’œuvres, sur une chronologie longue (XVIe-XXe), pour certaines peu connues ou jamais montrées, à travers une présentation originale en Occitanie.Une ligne éditoriale de catalogues, richement illustrés et destinés à en conserver les traces, accompagne ces expositions.Petits ou grands, individuellement ou en famille, cette exceptionnelle plongée dans l'Histoire de l'Art européenne vous est destinée…Exposition conçue et coordonnée par la Conservation Départementale du Patrimoine et des Musées/Flaran. Horaires d'ouverture :De juin à septembre, de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h.En juillet et août, de 10h à 19h.Fermé le 25 décembre, 1er janvier et 1er Mai. Renseignements au 05 31 00 45 75 ou sur www.abbayedeflaran.fr
  • Tarifs 2024
  • Adulte
    5 €
  • Autre
    2 €
Horaires
Horaires
  • Du 16 février 2024 au 31 août 2024
    Fermé Le Lundi , Le Mardi , Le Mercredi , Le Jeudi , Le Vendredi , Le Samedi , Le Dimanche
  • Le 31 décembre 2024